Le ventre de la femme enceinte au Patrimoine Mondial de l’Humanité

Ventre femme enceinte

Bon que les choses soient claires, le prochain qui pose ses pattes sur le ventre rebondi de mon épouse sous le prétexte que ma progéniture y grandit gentiment, je lui éclate sa gueule à coup de fer sept ! Vous pouvez m’expliquer pourquoi, à partir du moment où elle est enceinte, une femme devient de facto une forme de propriété collective, comme le tracteur Kirovets d’un kolkhoze de Sibérie orientale ?

Touchez ma bosse Monseigneur !

Il parait que ça porte bonheur ! Finalement, pour les adeptes de fer à cheval et autres pâtes de lapin, il suffirait d’entrer en contact avec le ventre nourricier pour se retrouver propulsé au premier rang des gagnants de l’Euromillions. Et la maman, on y pense à la maman ? J’ai fait la liste des toutes les superstitions débiles qui jalonnent le parcours semé d’embuches de la gestation, et j’aime autant vous dire qu’elle n’a pas fini d’être dérangée. Elle n’a le droit ni de coudre, tricoter ou broder, ni même de tisser ! Vous me direz, les gens s’équipent de moins en moins en métiers à tisser, à tort d’ailleurs. Elle doit aussi éviter de porter tout collier ou écharpe sous peine de voir le cordon s’enrouler autour du bébé comme un serpent ondulant au son d’une flûte magique. Elle ne peut plus croiser les jambes ou se regarder dans un miroir sans faire prendre à l’enfant des risques inconsidérés. Mais il y plus grave. Dans les pays méditerranéens, une femme qui mange un œuf de pieuvre n’accouchera pas d’un garçon, ou d’une fille, ni même d’un joli bouledogue français bringé mais bien d’un… poulpe ! Pas sûr qu’elle trouve de quoi l’habiller chez Jacadi.

Pour la création de wagons « femmes enceinte »

On peut distinguer dans les 9 mois maximum qui conduisent de la conception à l’accouchement (5 mois si c’est une chèvre et 16 une baleine), deux phases distinctes dans le regard que porte le monde sur la maternité. Le tournant intervient quand n’importe quel ignare dénué de toute notion de morphopsychologie parvient enfin à distinguer un ventre maternel des quelques petits kilos pris pendant les fêtes que l’abonnement weight watchers souscrit au premier janvier n’a pas encore réussi à effacer. Avant cela, hors de question de réclamer quelque avantage que ce soit ! A celle qui oserait demander la priorité à la caisse du supermarché ou l’accès à une place assise dans les transports en commun, serait immanquablement répondu qu’enceinte, ce n’est pas une maladie et qu’avec 4 mois à se la couler douce à la maison payée par la sécu, elle en aura déjà bien assez des avantages. Puis, subitement, alors que sa démarche commence à imiter à la perfection l’infirmière antillaise après 12 heures de garde, les sourires fleurissent et s’instaure sur ce ventre une copropriété universelle.

Autant poser nue en couverture de Playboy

Et ce jusqu’à l’accouchement, où la future maman doit se résoudre à renoncer à toute intimité. Tranquillement installée en salle de travail, l’esprit serein, apaisée par la suave sensation que lui offrent les contractions qui viennent régulièrement la rappeler à sa mission d’enfantement, les jambes en l’air, elle peut, toute à sa joie, savourer l’entrée du troupeau d’internes attaché en chapelet à la suite de l’obstétricien, défilant un à un derrière le champ opératoire pour admirer la progression du travail. Alors enfin libérée du squatteur in-utero, il ne lui reste plus que l’épreuve des visites familiales où elle doit encore faire bonne figure et oublier l’épuisement de longues heures de travail pour accueillir, les yeux mi-clos et le chignon en berne, tonton Bernard et tata Suzanne qui n’ont d’yeux que pour les trois kilos quatre qui dorment dans le berceau d’à coté.

En fait, je viens de comprendre pourquoi dans certaines cultures, il est recommandé de ne pas s’approcher de la femme enceinte. Avec tout ce qu’elle doit subir, il ne serait pas étonnant qu’il y a un jour un accident et que l’une d’elles finisse par mordre la main qui s’approcherait trop près de son ventre !

Gabriel de Calomnie

Publicités

Une réflexion sur “Le ventre de la femme enceinte au Patrimoine Mondial de l’Humanité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s