Faut-il mettre des filles à poil pour vendre des bagnoles ?

Avant tout, je vous demande de bien vouloir me pardonner la familiarité de ce titre éminemment racoleur mais c’est l’exacte formulation qui m’est venue il y a peu devant une nouvelle publicité pour un célèbre constructeur espagnol.

A l’est rien de nouveau

L’histoire commence en Pologne où Seat n’est pas en terrain conquis, loin s’en faut. Après avoir tout essayé pour promouvoir leurs racées ibériques, multiplié les arguments (puissance, « furia española », habitabilité, résistance, sécurité…), la marque est à court d’idées. La lumière va venir de Russie (et oui, le soleil se lève à l’est !) en la personne d’Alexander Tikhomirov, artiste russe globalement spécialisé dans la jeune russe nue et les poses de mauvais goût.

Ce bon Alexander va révolutionner la publicité locale de la marque avec une approche entièrement décomplexée basée sur un concept simple : on ne peut rien refuser à une femme presque nue ! (alors qu’entièrement nue si ?!)

Il nous invite donc à une visite virtuelle d’une superbe concession Seat, à Varsovie ou quelque part par là et, comble du raffinement, nous fait guider par une hôtesse qui reste habillée à peu près aussi longtemps qu’une cliente d’un réparateur de climatiseur, seule chez elle, dans un film de Marc Dorcel.

Et la demoiselle de nous faire l’article, avec une économie de mots digne de « The Artist », d’un véhicule dont je ne saurais donner le modèle, trop accaparé que j’étais par l’insoutenable spectacle de ce corps offert en pâture aux regards vicieux des polonais amateurs de lignes espagnoles.

Les planneurs stratégiques en bout de course

Il y a déjà quelques temps que je me surprends à hurler (de rire ou à la mort c’est selon) à l’écoute de réclames, le plus souvent à la radio, vantant les mérites des derniers modèles de Clio, Golf, Alfa « Juliette » et tutti quanti.

Ainsi, « on se souvient toujours de la première fois où l’on a vu la nouvelle Clio », comme on se souvient avec tendresse et avidité de son premier baiser ou de la première fois qu’on a pu emprunter la voiture de papa, la garer un samedi soir de novembre 1995 sur le parking (non goudronné !) du Sherwood (ne cherchez pas, c’est à Diors, dans l’Indre…le site est là http://www.sherwood-club.com/ pour ceux qui veulent approfondir le sujet).

Ben oui, évidemment. Bande de no-life que vous êtes ! Vous qui n’avez plus connu une émotion digne de ce nom depuis que Lady Diana est passée sous le pont de l’Alma, heureusement que Renault est là pour vous tirer de votre misère affective.

Pendant ce temps là, en Allemagne, BMW vous promet tout simplement de la joie. Rien que ça ! C’est vrai que côté joie de vivre, les allemands sont réputés pour être les champions du monde ! C’est comme en rugby, en surf ou en capoeira. C’est dans leurs gènes…

Mais là où l’absurdité confine au sublime, c’est quand Alfa Roméo veut nous faire monter dans « Juliette » ! Avec sa voix d’hôtesse de l’air, son air de ne pas y toucher et son accent à la Sophia Loren, l’invitation est alléchante bien que manquant un peu de formalisme… Et donc ça, ça attire le conducteur masculin lambda dopé à la testostérone naturelle pour ériger son levier de vitesse en symbole phallique quand il passe la 5ème à 129 km/h sur l’autoroute ? Et la femme dans tout ça ?

La place de la femme dans l’automobile

Eh oh toi ! oui, oui, toi qui te cache derrière ton écran riant de ce que tu viens de penser !!! Tu crois que je ne t’ai pas entendu. Oui, « la place de la femme dans l’automobile, c’est sur la banquette arrière ! » Et tu es fier de toi ?!

Les plus férus de culture automobile viendront aussitôt contredire mon propos pour me montrer, à grands renforts de modèles et d’innovations, combien la femme est largement prise en compte par les (services marketing) des constructeurs.

Elle a le droit à une voiture qui s’ouvre seule quand on a les clefs au fond du sac à main, à une voiture qui se gare toute seule vu qu’elle ne sait pas faire les créneaux, à des pare-brises panoramiques pour éviter qu’elle ne repense le design de l’aile contre un poteau de parking et à des rétroviseurs intérieurs « king size » pour optimiser son maquillage du matin. Waouh !!!!

Sauf que même quand on veut absolument lui vendre une voiture qui va lui apporter joie, qualité allemande, ou même le souvenir de son premier flirt, un été, en colo, au camping de Port-Barcarès, et bien on ne se sent pas obligé de lui mettre un mec à poil ! On réserve ça pour la faire venir au stade pour voir du rugby vu que ce n’est pas un truc auquel elle serait venue de son plein gré sans cela.

Sauf qu’à force d’aller plus loin dans le déploiement des signes sexualisants dans les codes plus ou moins sous-jacents des publicités automobiles, on va finir par nous faire vomir ! Alors par pitié, vu que je tiens à mon fragile équilibre intestinal, arrêtez de nous coller des filles nues sous n’importe quel prétexte, inventez-nous de bonnes raisons !

Gabriel de Calomnie

Nota : Pour ceux qui tiennent vraiment à se salir et alimenter la détestable marchandisation du corps des femmes, le lien vers la vidéo est ici http://www.buzzraider.fr/2012/10/seat-la-pub-auto-la-plus-sexy-du-monde-video/

Publicités

5 réflexions sur “Faut-il mettre des filles à poil pour vendre des bagnoles ?

  1. « Elle a le droit à une voiture qui s’ouvre seule quand on a les clefs au fond du sac à main, à une voiture qui se gare toute seule vu qu’elle ne sait pas faire les créneaux, à des pare-brises panoramiques pour éviter qu’elle ne repense le design de l’aile contre un poteau de parking et à des rétroviseurs intérieurs « king size » pour optimiser son maquillage du matin »

    Pour apporter de l’eau à votre argumentaire, apprenez qu’un jour de visite dans une concession, comme j’étais venue seule en repérage, le commercial m’a développé l’argumentaire suivant :
    – Miroir de courtoisie avec lumière sur le pare-soleil conducteur
    – grand rétroviseur intérieur pour surveiller les enfants
    – grand coffre pour ranger les courses, avec un charriot escamotable fixé sur le coté
    – frein à main électronique et automatique

    Pour faire bonne mesure, je lui ai demandé de soulever le capot pour savoir comment était l’accès au filtre à air, à huile, les différents niveaux, le circuit clim’ et les bougies sans oublier les courroies (alternateur et distribution) …
    devant sa mine déconfite, j’ai cru charitable de lui préciser  » nan, parce que c’est moi qui fait la vidange à la maison … »

  2. Ah ! Ces souvenirs de franches rigolades en Allemagne, si nombreux qu’il faut que je les recompte. Alors, il y a eu cette fois….non, en fait, c’était ailleurs, ah, si, je me souviens, une fois, j’ai esquissé un grand sourire, lors de ce voyage à Göttingen, aussi gai que la chanson de Barbara, lorsque j’ai repris l’avion pour rentrer en France. L’avion oui, pas la voiture, mais ce mode de transport aussi se sert outrageusement des femmes et de leurs petits tailleurs au sigles de la compagnie pour vendre des billets. Pour finalement t’entraîner dans la pire des déceptions, lorsque tu te retrouves sur le Paris Madère avec une hôtesse revêche frisant la préretraite dans un vieux coucou récupéré de la guerre froide. Heureusement, nous les femmes, avons le droit pour nous faire un peu rêver et surtout beaucoup rire, à cette inoubliable pub eram du début des années 2000 http://croninet.free.fr/Site/eram.htm

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s