« Sois poli si t’es pas joli ! » (comme disait ma grand-mère)

Si je vous dis « bonnes manières », vous avez tout de suite tendance à penser dîner, réceptions de l’ambassadeur, XIXe siècle voire carrément Nadine de Rothschild. Et pourtant, le plus important manque dans ce bel inventaire germé au creux de vos imaginaires dévoyés. Il est un lieu dans lequel vous passez le plus clair de votre temps et qui semble échapper trop souvent au minimum de savoir-vivre, votre lieu de travail !

Autant le dire tout de suite, ce n’est pas parce que vous êtes frustré, que votre femme vous bat au mépris de tout respect de l’inégalité des sexes ou que vous entretenez des relations de voisinage dignes d’une émission de Courbet (Julien pas Gustave) que vous êtes autorisé à vous venger éhontément sur votre lieu de travail.

Le travail, exutoire de nos plus vils instincts

Dans le domaine de la politesse, la vie au travail se décompose en deux mondes parallèles quasi étanches. Le monde des relations externes est régi par des convenances plutôt policées. On évite donc, dans la mesure du possible, d’insulter un client, de se garer sur la place handicapée du parking d’une entreprise partenaire ou encore de faire chez eux comme chez soi.

Par contre, dans son entreprise, on est un peu comme à la maison. J’en connais même qui seraient au bureau comme un allemand en vacances dans un pays du tiers-monde (l’Espagne ou l’Italie par exemple !). Au diable l’hygiène corporelle, les civilités d’usage et les règles les plus ancestrales de vie en société. On a donc le droit de couper la parole, d’invectiver, d’ensevelir un collègue sous les injures voire même de perdre toute notion de visée dans les toilettes des hommes, et ce sans une once de culpabilité ! Le pied !!!

Peut-on être efficace et bien élevé ?

Tout ça au nom d’une valeur érigée en saint-graal du monde du travail, l’efficacité. Au petit jeu des rôles dans l’entreprise, Monsieur « bien se comporter » doit fréquemment céder devant Monsieur « bien travailler ». Ne vous avisez pas de demander à un collaborateur de vous parler avec un minimum de respect en cas de désaccord, vous seriez brûlé en place publique au motif d’avoir voulu faire triompher la forme là où vos besogneux et bien intentionnés coreligionnaires ne luttent que sur le fond.

Autre conséquence intéressante dans les relations de bureaux, il est autorisé de dire la vérité. Ou plutôt SA vérité. On peut donc jeter au visage de l’autre ce qu’on veut, sans y mettre les formes, pour peu qu’on se borne à dire ce que l’on pense, souvent d’ailleurs du travail des autres. Certains auraient-ils si peur de n’être pas assez convaincants qu’ils se sentent obligés d’accompagner leurs arguments d’un ton de poissonnier du marché des Capucins (pardon pour le poissonnier des Capucins qui est certainement un garçon charmant) ?

« J’ai pris langue de pute en LV2 »

Le second sport national de bureau, après bien-sûr Farmville sur Facebook, est de dire du mal. Et là, j’aime autant vous dire que je connais 2 ou 3 postulants au titre de champion du monde… Autant dans la vie privée, à l’exception de quelques cibles faciles (belle-mère, « la copine-super-belle-super-sympa-et-intelligente-tellement qu’elle-m’énerve » et le voisin qui transforme son appart en annexe d’Ibiza 3 soirs par semaine) il n’est pas toujours bien vu de médire sur autrui, autant au boulot, vous pouvez vous lâcher. Pour les débutants en la matière, le plus simple est de commencer par des collègues d’un autre service (commercial si vous êtes dans un service technique et vice-versa). Vous apprendrez ensuite progressivement comment distiller habillement vos vilenies jusqu’à être capable de dire du mal, en face à face l’air de rien.

Gabriel de Calomnie

Top 10 du savoir-vivre au bureau

En attendant, et comme je suis un garçon sympa (si, si, je vous assure), je vous propose 10 règles pour passer pour un gentleman auprès de vos collègues…même si vous êtes, dans le fond, plus proche de Shrek que de Charles Ingalls !

1. Soyez solidaire. Si un collègue est en difficulté, proposez-lui votre aide.

2. Soyez passionné, défendez votre avis mais n’en faites pas de tonnes.

3. Soyez sociable. Quand vous avez quelque chose à dire à un collègue, a fortiori si c’est désagréable, faites-le en tête-à-tête. Evitez l’email avec 15 personnes en copie ou l’humiliation publique.

4. Soyez poli. Ce n’est pas parce que votre mère n’est pas là pour vous le rappeler qu’il faut oublier de dire « bonjour », « s’il te plait » et « merci ».

5. Soyez positif. Si vous pensez du bien d’un collègue, dites-le. Si vous en pensez du mal, taisez-vous ! Dénigrer un collègue ou son travail ne rapporte rien.

6. Soyez à l’écoute. Sachez entendre les propositions des autres et ne pas vous enfermer dans vos propres certitudes.

7. Soyez drôle. L’humour peut désamorcer des ambiances tendues et permet souvent à une équipe de mieux fonctionner.

8. Soyez discret. Sauf à profiter d’un bureau seul et parfaitement insonorisé, vous n’êtes pas seul au monde. Gardez donc vos reprises de Barbara Streisand a cappella pour votre douche.

9. Soyez courageux. Il nous arrive tous de faire des erreurs. Evitez d’accuser quelqu’un d’autre à votre place, assumez votre part.

10. Le chocolat résout beaucoup de choses !

(Crédit photo : gossip via leblogemploi)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s