De l’accueil dans les boutiques bordelaises…

Même avec le temps, j’ai dû mal à m’y faire… Je vis pourtant à Bordeaux depuis plus de 10 ans et suis maintenant plutôt bien au fait des coutumes locales, de expressions made in sud-ouest. Je suis même devenu un ambassadeur intarissable des richesses régionales (et pas seulement gastronomiques).

S’agissant de la politesse et des bonnes manières voire même d’une certain savoir-vivre, j’ai souvent trouvé que les bordelais avaient conservé quelque forme d’éducation. Je suis malheureusement assez régulièrement rappelé à plus de mesure pour ce qui est de l’accueil dans certaines boutiques.

Ignore me, I’m a customer

Il s’agit d’une pratique que je trouve à Bordeaux, bien plus répandue que dans d’autres villes de France. Il me semble parfois que la qualité de l’accueil est ici inversement proportionnelle au prix des articles. Dernier exemple en date, je me rends il y a peu dans une boutique chic de vêtements pour enfants au coeur de Bordeaux. Accompagnant mon entrée d’un « bonjour » le plus jovial possible (histoire de trancher avec mon aspect général que d’aucun qualifie souvent d’austère), j’ai rapidement compris que ma présence incommodait la tenancière, tapie au fond du magasin, le mobile scotché à l’oreille pour un débriefing « copines » du week-end au Ferret ! En 10 minutes de présence, je n’aurais eu ni une parole, ni un regard. Encore cette fois n’ai-je pas eu l’outrecuidance de poser une question. M’y étant déjà risqué dans un environnement similaire, la situation avait un peu dégénéré et nous étions passés à deux doigts de l’échange d’insultes (j’en ai toujours une ou deux en réserve pour ce genre d’occasion).

Jeux de code et de statut

Adoptant le regard de l’ethnologue, j’ai entrepris de mieux comprendre les fondements de ces relations quasi sado-masochistes entre clients et vendeuses (pas de mysoginie mais ce sont les plus souvent des femmes). Il s’agit en fait ici d’un petit jeu de « rôle » que n’aurait pas renié le regretté Parsons. On pourrait d’ailleurs s’interroger sur les ressorts de ces comportements qui voudraient que les dites vendeuses endossent, parfois avec délectation, le rôle de la marque qu’elles réprésentent en lieu et place du leur. Au petit jeu du « qui a le droit de se comporter le plus mal ? », la compétition est lancée et les vendeuses rendent coups pour coups. L’objectif est donc d’affirmer son statut pour renforcer celui de la marque. Evidemment plus les prix montent, plus c’est le cas, pour qu’à l’inacessibilité pécunière s’ajoute une forme de sélection naturelle sur des critères sociaux assez flous mais pourtant extrêmement bien établis.

Les clients au diapason

Sans savoir dire ce qui était en premier (la poule ou l’oeuf), force est de constater que nos chères commerçantes adeptes de la moue dédaigneuse ont trouvé aujourd’hui à qui parler. La cliente bordelaise (je vais arrêter d’empiler les féminins avant de me mettre à dos 51% de la population mondiale) a elle-aussi un sens particulier des bonnes manières. Je ne parle pas des vêtements laissés en vrac sur le sol des cabines d’essayage ou des crêpages de chignons le premier jour des soldes. Là où la pratique bordelaise sort de l’ordinaire, c’est quand, ayant proposé son aide, la vendeuse se voit éconduite d’un lapidaire « à voir comme vous êtes habillée, je ne crois pas que nous ayons les mêmes goûts » (magasin de déco). On touche même parfois au sublîme quand la cliente répond à la vendeuse métisse : « Cette couleur c’est seulement pour celles qui sont bronzées…enfin comme vous quoi ? » La clientèle bordelaise serait donc à la hauteur. A tel point que certaines franchises auraient fait de Bordeaux leur ville test en matière de « client chiant ».

Comme quoi, ça peut servir…

Gabriel de Calomnie

Publicités

Une réflexion sur “De l’accueil dans les boutiques bordelaises…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s