Roger, c’est la classe !

photo-de-roger-federer

Pour celles et ceux qui vivent dans un bunker à la frontière entre l’Afghanistan et le Tadjikistan (la petite bourgade de Bolshevik a – parait-il – un charme fou !) ou pour mon ami Jonathan que la vue du sport télévisé indispose à la nausée, j’ai une info pour vous. En ce moment se déroulent les Jeux Olympiques à Londres ! Et dans cette apothéose de muscles et de sueur malodorante, sur le vert gazon londonien, un homme, un seul mérite toute votre attention : Roger Federer. Les moins avertis vont ouvrir de grands yeux étonnés devant cette affirmation péremptoire et pourtant…

Roger ou l’antithèse du bucheron canadien

Il est bien rare que l’on associe aujourd’hui élégance et sport de haut niveau (il n’y a qu’à regarder Gérard Holtz ;o) et la mode tend plutôt vers des athlètes privilégiant la performance absolue quitte à sacrifier le style. C’est pourtant essentiel en sport…le style ! Et avec Roger, ce n’est plus du style, c’est de la grâce. Sur un court, ses déplacements semblent, tels un ballet, chorégraphiés, son port de tête altier, la position de son corps parfaite quand vient le moment de frapper la balle. Je vais éviter de citer en antithèse d’autres joueurs actuels ou passés (j’aurais tout de suite sur le dos les afficcionados du « cerdito de Manacor »). Roger ne frappe pas la balle, il la caresse, il la respecte…et elle le lui rend bien. Tout en toucher et en délicatesse, elle se pose toujours au bon endroit pour mettre l’adversaire en difficulté. Et nul besoin pour Roger de transformer sa raquette en hâche ou en matraque ou d’arborer un bras de lanceur de javelot pour battre tous les records tennistiques.

De la Suisse naturellement…

J’entends déjà les esprits chagrins monter au créneau à grand renfort d’exemples d’autres sportifs tout aussi stylés et dominateurs. Sauf que Roger Federer  un truc en plus. C’est un athlète accompli mais aussi un homme comme on en fait plus. A force de voir portés en icones dans nos stades et sur nos écrans des musculeux qui, sous le prétexte fallacieux de savoir enchainer rebond défensif, passe en aveugle et lay-up, sont de facto affranchis de toute exigence vestimentaire, oratoire sans même parler d’élégance, le suisse fait figure d’exception. Bon, Roger a un peu de chance au départ, il est suisse. En plus de cela, il est gentil, poli, et bien élevé. Pour ajouter au portrait à la « Harcourt » du balois, il est riche. 73 millions de dollars gagnés sur les courts et plus encore en dehors, lui qui sélectionne soigneusement les marques dont il accepte de vanter les mérites. Car en bon suisse, côté argent Roger ne dort pas… Mais il sait aussi en faire profiter les autres. Il reverse de conséquentes subsides à la fondation éponyme qui mène des projets de développement et de soutien aux jeunes dans plusieurs pays comme l’Afrique du Sud (pays de sa mère) ou l’Ethiopie et l’UNESCO en a fait l’un de ses ambassadeurs.

Alors si la classe, la discrétion et l’humilité sont la marque des grands champions, Roger Federer est, à coup sûr, de ceux-là. Plus encore, un gentleman dans un monde de brutes…

Gabriel de Calomnie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s